INTERNATIONAL MILITARY MUSIC SOCIETY

Branche française

Slide Down Menu HTML Css3Menu.com

Bagad de Lann-Bihoué

Site Internet

Le Bagad de Lann-Bihoué est un ambassadeur de la musique bretonne et l’un des moyens privilégiés des relations publiques de la Marine nationale, non seulement en France, mais aussi à l’étranger. 

Chaque année, le calendrier des prestations de la célèbre formation est approuvé par le cabinet du chef d’état-major de la Marine.

Un officier responsable du Bagad, deux officiers mariniers, l’un chef artistique de la formation ou « Penn Bagad » et l’autre, adjudant, encadrent trente sonneurs.

Les musiciens sont de jeunes garçons et filles recrutés parmi les meilleurs sonneurs civils et sont choisis pour leurs compétences musicales, mais également pour la qualité de leur présentation et de leur comportement.

Valparaiso novembre 2008

Festival inter celtique de Lorient 2008

Festival inter celtique de Lorient 2008

Brest 14juillet 2008

   

HISTORIQUE

La création du Bagad de Lann-Bihoué s’inscrit dans la mouvance des autres formations civiles ayant vu le jour après guerre. Elle suit de près le bagad des cheminots de Carhaix (1949), le bagad des cheminots d’Auray, celui des Scouts de Bleimor de Paris (où joua Allan Stivell) et aussi celui de la « Kevren Glazig » qui évolua pour donner plus tard le célèbre bagad de Quimper.

Le Bagad de Lann-Bihoué voit le jour par hasard à la fin du mois d’août 1952 au poste des officiers mariniers de la base aéronautique navale de Lann-Bihoué, près de Lorient. Le maître principal Roumegou découvre une bombarde dans la poche d’un visiteur. Bien qu’il n’en ait plus joué depuis 28 ans, il sort quelques notes. Le maître principal ne le sait pas encore, mais le Bagad vient de naître. Une dizaine de sonneurs de cornemuses et de bombardes le rejoignent. Ce sont principalement des matelots qui évoluent dans des formations civiles. La première sortie officielle a lieu à Scaër en 1953. Au cours des années, le groupe s’agrandit pour prendre la forme des pipe-bands de nos cousins écossais. Sa notoriété grandit, et sa création est officialisée par décret ministériel le 11 septembre 1956. A compter de cette date, le Bagad, composé de 35 sonneurs, sillonne le monde (New York, Norvège, Suède, Danemark, Berlin, etc.). Il participe à des prestations très diversifiées, parades, carnavals, fêtes nautiques et folkloriques, réceptions officielles et privées. En 1962, la Marine élargit son recrutement aux appelés du contingent.

Mais à la fin des années 1960, le Bagad est menacé de disparition à plusieurs reprises. Sa dissolution est ordonnée en 1969 par le ministre d’état chargé de la défense nationale. Heureusement, la popularité de la formation de la Marine est telle que les élus et la presse obtiennent que cette décision soit abandonnée. En 1985, consécration suprême, Alain Souchon chante « le Bagad de Lann-Bihoué ». Le titre est un succès au hit-parade et assure une notoriété pour le groupe de Lorient.

Au fil des années, le carnet de prestations s’allonge et il est dommage que le calendrier ne compte que 52 week-ends dans l’année car on s’arrache les sonneurs de la Marine Nationale pour des aubades, des défilés ainsi que des concerts. Le Bagad de Lann-Bihoué parcourt la France, l’Europe et le monde entier, du Canada à l’Ethiopie, de Copenhague à Tahiti, diffusant la richesse du patrimoine culturel celtique et la rigueur de la Marine Nationale.

En 2001, il connaît un nouveau tournant avec la fin de la conscription et la professionnalisation des armées. Les sonneurs sont désormais des musiciens professionnels, engagés pour un an avec la possibilité de renouveler trois fois. Chaque année, de nouveaux sonneurs (ou « sonneuses ») intègrent le Bagad avec leurs bagages musicaux et enrichissent le répertoire d’influences nouvelles.

Aujourd’hui le Bagad de Lann-Bihoué poursuit sa mission à double vocation : représenter la Marine Nationale, par l’uniforme et la discipline de la formation, partout où nos musiciens sont invités, en France comme à l’étranger, souvent très loin de la mer, et témoigner de la richesse du patrimoine culturel celtique, en interprétant avec talent un répertoire de qualité.

DU PIPE BAND AU BAGAD

Le bagad est la forme bretonne du pipe-band écossais dont il comporte la base de cornemuses et de tambours, complétée d’un pupitre de bombardes.

Les premiers pipe-band sont apparus en Ecosse au milieu du XIXème  siècle.

Sous le règne de la Reine Victoria, les régiments écossais comptaient plusieurs pipers, musiciens professionnels dont le niveau technique était exceptionnel et qui allaient diffuser instruments et répertoire dans le monde entier. Le pipe-band comptait quatorze cornemuses, cinq caisses claires, deux tambours ténors et une grosse caisse. En règle générale, la composition de la formation n'a pas changé de nos jours.

En Bretagne, le biniou et la bombarde se pratiquaient surtout en couple pour conduire la danse. A la veille de la seconde guerre mondiale, les sonneurs se raréfiaient et l'accordéon commençait à supplanter le biniou pour animer les bals populaires. Des sonneurs, réunis en association (B.A.S.*), eurent l'idée de protéger le patrimoine musical  breton, et de rénover un peu les instruments traditionnels pour ramener la jeunesse bretonne à la pratique du biniou et de la bombarde. A l'époque, les cliques et harmonies municipales ou scolaires rencontraient un grand succès, y compris en Bretagne. L'idée de la B.A.S. était de s'inspirer de ces fanfares en remplaçant les cuivres par des instruments celtiques traditionnels. Au contraire de la bombarde, aussi puissante qu'un clairon, le biniou-kozh, la petite cornemuse bretonne au son aigrelet, n'était pas adapté à la formation  de  marche.  Le biniou-braz, copie conforme, au jeu simplifié du pibroch écossais convenait beaucoup mieux. Juste après la guerre naissaient donc les premiers bagadoù.

Ils comportent trois pupitres :

- huit sonneurs de biniou-braz qui adopteront progressivement l'authentique cornemuse des Highlanders,

- six sonneurs de bombarde,

- une batterie comportant quatre caisses claires, deux tambours ténors et une grosse caisse.

Ces formations vont se multiplier et rivaliser d'esprit de recherche et de création pour améliorer la qualité de leurs prestations. Aujourd'hui, de nombreux bagadoù atteignent un haut niveau technique, régulièrement contrôlé lors de concours organisés par catégories strictement définies.

Certaines formations ont évolué ces dernières années, préférant se produire en concert plutôt qu'en défilé. De tous les bagadoù, le plus original et le plus célèbre dans le monde, est sans aucun doute le Bagad de Lann-Bihoué.

* B.A.S. : Badadeg Ar Sonerien (assemblée des sonneurs)

LES INSTRUMENTS

Les instrument joués sont la cornemuse écossaise, la bombarde (ancêtre du hautbois), qui est typiquement bretonne, et enfin l’ensemble percussion pour le rythme.

La cornemuse compte de nombreuses variétés, toutes nées du même principe : une réserve d'air d'où s'échappent des tuyaux produisant les sons. ("La réserve d'air a pu se former d'abord dans la bouche même du musicien, c'est ce qui expliquerait le port de la muselière en cuir que nous voyons barrer horizontalement les joues des aulètes sur les vases grecs" A. Schaeffner - Origine des Instruments de Musique).

Toutes les cornemuses ont en commun une poche (sac ou outre) de cuir remplie d'air par le souffle du musicien ou par un soufflet, un chalumeau (en breton levriad) percé de trous et équipé d'une anche double de roseau sur lequel le sonneur interprète la mélodie, et un ou plusieurs bourdons donnant une note unique produite par une anche de roseau à lamelle vibrante.

C'est l'un des plus vieux instruments connus puisqu'on en trouve trace 3000 ans avant J.-C., en Europe, en Afrique du Nord et en Inde. Très commune pendant l'antiquité en Egypte, en Grèce et à Rome, la cornemuse est présente dans tout le  bassin  méditerranéen  aux débuts  de  l'ère chrétienne. Après la chute de l'Empire romain, elle  évolue  différemment suivant  les  régions, donnant naissance à de nombreuses variétés d'instruments.

La littérature européenne (George Sand, Walter Scott, etc.) témoigne de  l'immense popularité des cornemuses du XIIIème  au XVIème siècles. On en jouait dans les foires comme dans les palais. En Angleterre, le roi Henri VIII qui, par son intelligence, sa culture et son autorité, fut l'un des princes les plus représentatifs de la Renaissance collectionnait dit-on, les cornemuses ouvragées.

A la fin du XVIème siècle commence le déclin de la cornemuse. Ce déclin correspond à l'abandon progressif des sites de réjouissances en plein air favorables à la cornemuse, au profit des lieux clos où la préférence ira bientôt à des instruments au son plus doux et aux performances plus riches. La puissance de l'instrument qui était sa qualité majeure étant devenue un défaut, apparaissent alors des cornemuses plus petites, moins puissantes mais à la tessiture plus étendue : la musette dans certaines régions de France et le bagpipe du Northumberland sont des exemples de cette miniaturisation. Mais c'est le pibroch, la grande cornemuse des Highlands dont la puissance n'a pas été sacrifiée, qui connaîtra le sort le plus exceptionnel puisqu'il est aujourd'hui répandu dans les pays de l'ancien Empire britannique, dans tout le Royaume-Uni et en Bretagne où il a été progressivement adopté.

Au XIIème siècle, la bombarde, sous le nom de chalémie ou de chalumeau, est présente un peu partout en Europe. Elle est sans doute rapportée d'Orient au retour des croisades (cousine de la raïta). Traditionnellement en ébène ou en buis, elle est composée d’un tube conique débouchant  sur un pavillon évasé et à l’autre extrémité, d’une double anche en roseau (en
latin : calamus), qui, pincée par les lèvres du sonneur, donne un son mordant, riche en harmoniques.  Depuis le Moyen-Age,  l'instrument a évolué différemment pour deux emplois distincts : sous abri ou en plein-air. La chalémie douce, au tuyau long et étroit, était jouée dans les châteaux par les troubadours et les trouvères. Elle a été perfectionnée et est devenue très populaire à la Renaissance, sous le nom de douçaine.

La chalémie bruyante, plutôt destinée aux sonneries militaires et aux distractions champêtres, déjà associée aux cornemuses, s'est elle-même diversifiée à partir de la Renaissance pour comporter au XVIIème siècle, jusqu'à sept modèles différents. L'un de ces instruments, composé de plusieurs pièces et percé de trous plus étroits garnis de clefs d'étain, est l'ancêtre du hautbois.

Un modèle plus grave, long de trois mètres, a disparu dès la fin du XVIème siècle, le basson lui étant préféré.

La chalémie ou bombarde soprano, la plus aiguë, devient à la même époque un instrument très populaire toujours associé à la cornemuse.

En Bretagne, deux bombardes différentes s'imposent : la petite bombarde en ut, répandue en Cornouaille où la vigueur des danses exige une grande virtuosité des sonneurs ; et la bombarde en la, plus commune en Vannetais où Se rythme des danses est plus sage. (On rencontre également cette association cornemuse-bombarde dans les pays méditerranéens : en Italie du Sud et en Sicile sous la forme zampogna-piffaro, ou encore en Afrique du Nord avec la raïta qui est associée à une variété primitive de cornemuse).

Dans les bagadou d'aujourd'hui, dont les cornemuses et les batteries ont été empruntées aux Ecossais, la bombarde donne la note spécifiquement bretonne. Alliance avec le pibroch oblige, elle est accordée en si-bémol.

Contrairement à la batterie complète utilisée dans les orchestres, la batterie des bagadou est composée de caisses claires, de tambours ténors et d’une grosse caisse ou « basse », et rythme les pas des danses ou des marches.

Les caisses claires utilisées sont identiques à celles employées dans les pipe-bands. Elles se composent d’un fût avec une peau de frappe sur le dessus et une deuxième peau de résonance dans le fond. Deux timbres (fils d’acier tendus sur la peau) donnent à ces caisses un son particulier et plus métallique que la caisse claire du jazz.

Les ténors sont des tambours dépourvus de timbres qui produisent un son doux et moelleux. Ils ont pour but avec la basse d’amplifier et enrichir le volume sonore des caisses claires et servent également de support rythmique pour l’ensemble. Ces trois principaux éléments sont complétés par d’autres percussions telles que les Toms, les Congas, les Cymbales, ce qui permet d’étoffer le pupitre. Les batteries et percussions ont une grand importance au sein du bagad car elles définissent le rythme des différents airs.

Dans le cadre de concerts, d’autres instruments apportent leurs richesses et leur timbre pour élargir le panel musical du bagad et exploiter les répertoires irlandais, écossais et galiciens. Pour cela le bagad dispose de guitares, synthétiseurs, violons, accordéons, flûtes traversières, low whistle, bodhran, etc.

É

ÉVÈNEMENTS ET DATES IMPORTANTES

1953                Premier déplacement du Bagad à Scaer           

1957                Défilé dans Rockfeller-center aux Etats-Unis

1958                Monsieur Chaban-Delmas félicite le MP Roumégou à l'école de la Santé Navale de Bordeaux

1958 - 1959    Tournée dans les pays nordiques : Norvège, Suède, Danemark

1962                Prestations à Abidjan en Côte d'Ivoire

1964                Représentations aux "Semaines Françaises" à Berlin (RDA)

1967                Lors du voyage vers le Canada sur le croiseur "Colbert", le Général De Gaulle s'adresse à l'équipage et aux membres du Bagad

1973                Afrique du Nord : prestations au Caire, à Djibouti, à Massawa et en Ethiopie

1979                Alain Souchon chante "Dans le bagad de Lann-Bihoué"

1986                Arbre de Noël à l'Elysée.

1990                Centenaire de la ville de Papeete à Tahiti

1991                    Défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées

1994                Ile Maurice et Réunion. Arrivée de la course du Rhum à Pointe à Pitre

1996                Visite de Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II à Lann-Bihoué

1997                Etats-Unis : tournée à la Nouvelle-Orléans, Lafayette, Annapolis et Washington

1998                Tokyo : inauguration de l'année de la France au Japon avec le Président de la République Jacques Chirac

                        Inauguration du pavillon de la France à l'Exposition Universelle de Lisbonne en présence du Premier ministre Lionel Jospin

                        Tournée en Allemagne et en Espagne pour le festival de la Corogne

1999                Défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées et aubade devant la tribune officielle

2000                Pacifique : prestations à Sydney et à Nouméa

                        Etats-Unis : inauguration du "D-Day museum" de la Nouvelle-Orléans

Inauguration du pavillon de la France à l'Exposition Universelle de Washington

2001                Participation à " l'International Fleet Review" de Bombay lors du 50ème anniversaire de la République Indienne

                        Québec : "Military Tatoo"

2002                Festival de musique militaire de Victoria au Canada

                        Revue de la Flotte internationale de Tokyo au Japon

2003                Parade de la Saint Patrick de Dublin en Irlande

2004                Tattoo International de Nouvelle Ecosse au Canada    

                        Prestations à Djibouti  

2005                Prestations à Dublin et à Cork, capitale européenne de la culture en 2005.

                        Festival Eisteddfod International de Llangollen, Pays de Galles

2006                                Nuit de la Saint Patrick à Bercy, tournée en Martinique et en Guadeloupe,

                        déplacement aux Etats-Unis à Washington et célébration du 225° anniversaire de la bataille de                                 Yorktown

LES PENN BAGAD

1952-1953            Maître Principal Delcuze

1953-1962            Maître Principal Roumegou

1962-1973      Premier Maître Faure

1973-1976            Premier Maître Claude

1976-1978            Maître Pelan

1978-1980            Premier Maître Plouet

1980-1982            Premier Maître Morice

1982-1984      Major Le Floch

1984-1985            Premier Maître Le Huede

1985-1991            Maître Principal Peron

1991-1993            Premier Maître Treondar

1993-1996            Maître Principal Le Gall

1996-2001            Maître Principal Peron

2001-2005      Maître Principal Kermagoret

2005-2009      Major Philippe Renard

2009-               Maître principal Jean-Marc Vandenberghe

Haut de page

 

Adhésion | Calendrier | Contact | Recrutement |   Liens | Armée de terre | Gendarmerie nationale | Marine nationale |
| Police nationale | Armée de l’air | Président IMMSIMMS international |